09.10.2010

LE BLOG DÉMÉNAGE !

 

FEMME SOUS LE BAOBAB 4.jpg

 MERCI DE NOTER LE LIEN VERS NOTRE NOUVEAU SITE QUI CONTIENT TOUTES LES ARCHIVES DE CE BLOG ET DEPUIS LE MOIS DE SEPTEMBRE DE NOUVEAUX ARTICLES.  LE  9 JANVIER 2011, NOUS RÉSILIERONS NOTRE ABONNEMENT SUR BLOGSPIRIT.

RENDEZ-VOUS SUR http://www.zoodo-asso.org/blog/

A bientôt sur ce nouveau site convivial.

Jean-Marc et Anne-Marie Bruel

Association ZÓODO -
Asplos-Gelle 12700 Causse et Diège

 

11.09.2010

PARTIS DE RIEN A ZONGO EN 2006

Et oui ! Nous sommes stupéfaits de revoir cette photo du terrain que le chef du village, le Zongo Naaba, venait de nous octroyer généreusement en juillet 2006.


04500147.JPG

Nous éprouvions quelques difficultés à imaginer que nous étions en mesure d'aider d'une quelconque façon nos amis Antoine Onadja et Augustin Kabré ....

ANTOINE ET AUGUSTIN 2007.jpg

à édifier une école en langue mooré pour les femmes du village.

p1010516.jpg

Antoine était plein d'énergie et d'espérance.... Nous représentions la main tendue qui pouvait lui permettre de réaliser l'idéal social qu'il portait en lui depuis ses études de sociologie à la fac de Ouagadougou. Parfaitement démuni il était riche de ses idées sur les améliorations à apporter à la condition de la femme et il a su nous communiquer son enthousiasme

p1010531.jpg

Nous nous sommes engagés à lui faire parvenir 1000 € en un an. L'association s'est mise à acheter de l'artisanat burkinabé à Ouaga et à vendre sur les marchés aveyronnais.

Quand nous sommes arrivés à Zongo en janvier 2008, le Centre Bangr Zaandé ou Hangar du savoir sortait de terre....

PHOTOS BF 2010 769.jpg
08530041.JPG
08530122.JPG

Le centre a été inauguré le samedi 31 janvier...

08530050.JPG

en présence du Tengsoba, Chef de la Terre, tranquille et bienveillant sur la communauté.

CHEF DE LA TERRE INAUGURATION.JPG

et de notre ami fidèle le Samb Naaba, Chef des étrangers

08530053.JPG

Le lundi 2 février 2008 les cinq salariés du centre étaient à leur poste de travail.

L'enseignante Aminata Ouadraogo

AMINATA 2FEV 2008.JPG

Augustin Kabré animateur et secrétaire

AUGUSTIN 2 FEV 2008.JPG

Samuel Sankara, le gardien

SAMUEL SANKARA 2 FEV 2008.JPG

Dès notre retour en France, les photos des avancées sur le terrain ont commencé à nous parvenir.

 

CBZ 01.jpg
CBZ 03jpg.jpg

Les premières distributions de céréales pour aider les familles en période de soudure alimentaire ont débuté...

CBZ 04jpg.jpg

Depuis février 2008, chaque mois les salariés ont reçu leurs salaires. Le centre vit, croît régulièrement et remplit ses missions....

03.09.2010

LES SALARIÉS DE L'ASSOCIATION AU BURKINA FASO

A quinze jours de l'Assemblée Générale, il semble utile de faire le point sur l'ensemble des équipes, là-bas sur le terrain au Burkina Faso.
Antoine SAWADOGO  : Trésorier, Conseiller technique auprés des femmes bannies de l'association ABFAV.
ANTOINE SAWADOGO.JPG
Lazare OUEDRAOGO :  Trésorier adjoint
LAZARE.JPG
Antoine Maldia ONADJA :  Coordonnateur de Zoodo BF
ANTOINE ONADJA AVRIL 2010.JPG
SALARIÉS DU CENTRE BANGR ZAANDÉ DU VILLAGE DE ZONGO (périphérie de Ouagadougou)

Augustin W K KABRE : Secrétaire et animateur chargé de la jeunesse.
AUGUSTIN 2008 3.JPG
Aminata OUEDAOGO  : Enseignante en MOORE
AMINATA OUEDRAOGO.JPG
Alimata GARIKOE : Enseignante en MOORE
ALIMATA GARIKOE.JPG
Mamounata NIKIEMA :  Enseignante en MOORE
PC182124.JPG
Lucie TIEMTORE : Stagiaire
PC182125.JPG
Augustine NIKIEMA : employée polyvalente
AUGUSTINE.JPG
Mamounata   NIKIEMA   : employée polyvalente
PC182127.JPG
Fatimata TAPSOBA : animatrice en prévention et sensibilisation
FATIMATA TAPSOBA.JPG
Noufou DJENDA   :  Gardien de nuit du CBZ
GARDIEN CBZ.JPG
Benewende OUEDRAOGO  : Gardienne d'enfants
P1040953.JPG
Nous n'avons pas les photos de Dosson COULBALY  enseignant en français et Mamounata NYAMPA  qui s'occupe du ravitallement en eau potable du centre. Ces personnes ont été embauchées récemment et leurs photos devraient nous parvenir jeudi 9 septembre à l'arrivée d'Antoine Onadja sur le sol français.
SALARIÉS DU CENTRE LONI SOUMA DE BOBO DIOULASSO
Elisabeth SAWADOGO      Enseignante en Dioula
MME SAWADOGO.jpg
Ibrahim WOBA  :  Gardien
LE GARDIEN.jpg
Honorine KAMBOU  : Employée polyvalente (récemment embauchée)
SALARIÉS  NBAM CIAGU A FADA N'GOURMA
Ousmane SANGA : enseignant en gourmatché et Hélène DABILGOU  : stagiaire
pc250037.jpg

26.08.2010

PROGRAMME DU WEEK-END DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2010

 

AFFICHE AG 2010.jpg

20.08.2010

"C'EST LA TERRE QUI EST FINALEMENT PROPRIÉTAIRE DE L'HOMME"

Les cultivateurs sont serviteurs des lois de la nature, l'homme sert la terre qui le lui rend ensuite. Le cultivateur européen a l'idée qu'il peut "tordre" les lois de la nature : c'est un leurre qui se retourne contre lui!  Le cultivateur africain respecte profondément sa terre pourtant ingrate.
pc260071.jpg
Les conditions climatiques du plateau mossi  sont, elles aussi, éprouvantes : il fait chaud toute l’année, mais deux types de saisons se succèdent. La saison des pluies, de mai à octobre, avec de fortes précipitations qui entraînent le développement de la végétation et la possibilité de cultiver.
SAISON DES PLUIES 1.JPG
BARRAGE GOGHIN 1.jpg
et la saison sèche, de novembre à mai caractérisée par la disparition de la végétation, la sécheresse qui engendrent l’impossibilité de cultiver. Ce climat est caractéristique du milieu tropical sec :  la saison sèche est plus longue (sept mois) que la saison des pluies (cinq mois).
p1010350.jpg
Les paysans mossis (83 % de la polulation) vivent péniblement d'une agriculture vivrière : ce qu'ils cultivent parvient à peine à les nourrir et ils souffrent d'une grande pauvreté en dépit de cet attachement à la terre nourricière, de leur ténacité et de longues journées de travail.
pc260080.jpg
OUAGADOUGOU 2003 097.jpg

L'outil utilisé reste la daba et parfois une charrue tirée par un âne.

pc260061.jpg
094-2_Travaux des champs.JPG
SAISON DES PLUIES 3.JPG

Ils mettent leurs champs en valeur avec les techniques rudimentaires du brûlis aux effets destructeurs et de la jachère.

p1020565.jpg
04500072.JPG
"Si la pratique d'abattis-brûlis en rotation avec une friche arborée de longue durée permet généralement de satisfaire sans dommage les besoins des sociétés à faible densité de population, il n'en n'est plus de même lorsque, du fait de l'accroissement démographique, les surfaces cultivées ne retournent à la friche que pour de trop courtes périodes. La biomasse ne parvient plus à se reconstituer dans les mêmes proportions qu'auparavant et du fait des moindres apports organiques et minéraux, les sols perdent progressivement une part de leur"fertilité"....."

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ti...

Il n'y a pas un jour où le cultivateur ne peine pas à la tâche pour gagner la nourriture de sa famille.

OUAGADOUGOU 2003 132 bis.jpg
"N'en déplaise à de trop nombreux "experts" internationaux la pression démographique ne peut être tenue pour la seule responsable de la désertification du pays sahélien et du recul de la forêt intertropicale. Le problème réside principalement dans le fait que les paysanneries du Tiers Monde ne parviennent généralement pas à avoir accès aux moyens de production qui leur seraient nécessaires pour éliminer les mauvaises herbes et entretenir la fertilité des sols dans les régions déjà mises en culture : charrue et tractation animale, troupeaux et étables fumières, charrettes pour le transport des matières organiques, etc. C'est la pauvreté des paysans et leurs difficultés à acquérir les équipements dont ils auraient besoin pour mettre en oeuvre des systèmes de production plus stables ...qui sont à l'origine du maintien et de l'extension de l'agriculture sur abbatis-brûlis."
OUAGADOUGOU 2003 240.jpg
"Mieux vaut être une vache en Europe qu’un pauvre au Burkina Faso ou le véritable contexte des droits de l’être humain à la survie". La vache européenne moyenne reçoit une subvention de 2 dollars par jour (le seuil de pauvreté de la banque mondiale). Plus de la moitié des habitants du monde en développement vivent avec moins. Mieux vaut apparement être une vache en Europe qu’un pauvre dans un pays en développement..

Danielle Bleitrach

Sociologue, universitaire, militante, spécialiste des questions internationales au PCF.

VACHE MAIGRE.JPG

00:20 Publié dans SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0)

11.08.2010

"MIEUX VAUT SOUFFRIR EN PILANT QUE DE N'AVOIR RIEN À PILER"

Au Burkina Faso, l’usage d’outils rudimentaires pour la transformation des aliments est général.

pc260088 bis.jpg
P5071838.JPG
CBZ FIN MARS 09 2.jpeg
En Europe nous ignorons l'impact de ces techniques qui accentuent la répétitivité et la pénibilité des milliers de gestes qui composent les tâches quotidiennes des femmes".  Quand les greniers sont pleins les femmes doivent piler les céréales entre 5 à 6 heures dans une journée.
Femme pilant.JPG

"Ces travaux domestiques sont souvent prolongés par de longues heures de marche consacrées à la collecte de l’eau ou au ramassage du bois."

EAU LESSIVE.JPG
P1020190.JPG
"Autant d’obligations qui, assumées successivement ou simultanément pour économiser du temps, n’ont pas moins d’incidence sur la longueur de la journée d’activité de la femme estimée entre 14 et 16 heures. Ces tâches ne sont pas intégrées dans le registre du travail. En effet, l’idéologie dominante ne conçoit comme travail que les activités rémunérées."
(source : réseau africain Genre et Action http://www.genreenaction.net/spip.php?article4006).
Pourtant les femmes burkinabés jouent un rôle économique déterminant : ce sont elles qui accomplissent avec abnégation  les travaux ménagers et agricoles.

En période de soudure alimentaire ou de famine, les maigres foyers domestiques  ne chauffent  plus guère que de l'eau dans laquelle surnagent des feuilles de baobab ou d'oseille.

FEMME EN CUISINE.jpg

Quand les mortiers se taisent, les enfants se couchent la faim au ventre et c'est bien pire pour ces mères de famille que le travail le plus harassant des jours après les récoltes où les greniers sont plein de mil, de maïs et de sorgho...

08530263 bis.JPG
PIC_0253.JPG

23:47 Publié dans SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (4)

05.08.2010

"LA FORCE DU BAOBAB EST DANS SES RACINES"

Dans les sociétés traditionnelles burkinabés et nous connaissons les Mossis, les Bobos et les Gourmantchés, le respect des aînés ne se limitait pas au grand-père ou à la grand-mère, mais à l’ensemble des personnes âgées de la communauté.

P5071835 bis.JPG
08530053.JPG
GRAND MERE ZONGO.JPG
P4261260 bis.JPG
P503GRAND MERE FADA.JPG
Ces personnes étaient à la tête de grandes familles et possédaient des richesses (champs, troupeaux, etc.) et des connaissances précieuses pour la communauté notamment en botanique et en phytothérapie. Elles étaient écoutées par les chefs et jouaient un rôle prépondérant sur les plans coutumiers et religieux. Le vieillissement ne posait pas de problèmes particuliers car les personnes âgées constituaient un patrimoine familial. Elles étaient intégrées et prises en charge au sein du groupe familial ou communautaire.
08530259.JPG
Faso_045.JPG

De nos jours, en milieu citadin les mutations économiques et socio-culturelles, dans un contexte de pauvreté persistante, entraînent des phénomènes d'exclusion sociale et de marginalisation dont sont victimes certaines couches de la population et notamment les personnes âgées.

PIC_0298.JPG
P1030517bis.JPG

Ce vieil homme, depuis disparu, avait croisé le chemin d'Antoine Onadja, le Coordonnateur des centres qui lui avait porté secours.

VIEUX ZONGO.JPG
Goama Kabré s'est insurgée contre ces exclusions pernicieuses. L'association ABFAV qu'elle a créée offre un refuge aux femmes esseulées qui croisent son chemin et retrouvent un toit et une vie communautaire pour veillir dans la dignité.
MAMAN GOAMA.jpg
Repas commun.JPG

11:32 Publié dans SOCIETE | Lien permanent | Commentaires (0)

29.07.2010

ILS ATTENDENT LEURS MAMANS QUI APPRENNENT À LIRE ET À ÉCRIRE ....

Les femmes mossis, peuple majoritaire du Burkina Faso, se déplacent rarement seules et leurs petits en bas-âge savent se comporter de façon disciplinée en bien des circonstances.

p1020416.jpg
PC190015 BIS.JPG
p1020403.jpg
PETIT CBZ 11.JPG
PETIT CBZ 8.JPG
P1050313.JPG

Ils assistent silencieux et attentifs aux cours. Ils n'ont pas l'habitude de réclamer ou de se plaindre, ni de trouver le temps long ou de s'impatienter.

Ils sont là bien sages, à la fois curieux et intéressés par le monde des adultes :

P1070098.JPG
PETIT CBZ 6.JPG
PETIT CBZ 9.JPG
PETIT CBZ 2.JPG
P1070303.JPG

Ou alors, ils profitent de la fraîcheur toute relative du lieu et du sol uni pour dormir un peu :

p1020426.jpg
PETIT CBZ 4.JPG
P1070184.JPG

De temps à autre, un ami français de passage offre des peluches à tous ces petits qui n'ont pas de jouet et c'est la fête...

PETIT CBZ 13.JPG
PETIT CBZ 3.JPG

"Tonny" le Coordonnateur du centre trouve toujours assez de riz pour nourrir mères et enfants....

PIC_0252 bis.JPG
P1070287 bis.JPG
P1070233.JPG
Antoine a cette faculté de veiller sur ceux qui passent le portail du centre ... Il intervient si un de ces petits a des soucis graves de santé  et surveille la scolarité des enfants des femmes alphabétisées dans les différents centres gérés par l'association. Dans les cas problématiques, il ne manque pas de nous alerter et à 4000 km de Ouaga, nous nous mettons en quête des moyens qui lui font alors défaut ...